©2018 by L'interdiction des moteurs thermiques à Paris ?. Proudly created with Wix.com

paris-mesures-antipollution-zapa-2016_hd
 

Introduction

L'interdiction des moteurs thermiques a Paris en 2030 est un projet d'envergure annoncé par Anne Hidalgo, maire de paris. Faisant suite a ses actions  concernant la polution dans la capitale, comme la fermeture des voies sur berges ou encore l'interdiction de circulation des vehicules ayant plus de 10 ans, c'est un projet principalement axé sur un futur avec un air plus sain.

 
 
 
cover-r4x3w1000-595e5563e3016-000-qc4ih.
 

Christophe Nadjovski

Homme politique français, 

Adjoint à la mairie de Paris, chargé des transports, des déplacements, et de l'espace public.

Propositions : - Pour développer la mobilité électrique, on doit développer les infrastructures de recharge (on développe l'électromobilité ).

- un bouquet de services pour les usagers: vélib, covoiturage, taxis électriques...

- il y aura une votation citoyenne des élus parisiens.

- des chantiers se multiplient dans la ville de Paris pour diminuer la place laissée aux voitures en faveur des vélos.

Position : " L'idée c'est de planifier à long terme, avec une stratégie qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre " Nadjovski 

Arguments: Dans la politique menée par la Mairie de Paris on cherche à rendre la ville plus saine pour ses concitoyens, faire diminuer le taux de pollution, et désencombrer la circulation intense actuelle.

69881.jpg
 
1200px-Carlos_Tavares_4_Genf_2018.jpg

Carlos Tavares

Homme d'affaires portugais , il fait toute sa carrière chez Renault avant de prendre la tête de PSA.

A la tête de PSA, il réorganise son groupe. Leur objectif d'ici 2022 serait d’électrifier 80% de sa gamme. Pourtant il soulève de nombreuses questions : l'électromobilité rogne la marge de bénéfice des constructeurs, on s'intéresse à la pollution générée par les moteurs thermiques mais que faire de la construction en soi de la voiture encore plus polluante, ou du recyclage des batteries, enfin parle t-on de la nature de production d’électricité ?


«Nous avons développé une stratégie pour être capable, sur une même ligne de montage, de passer d’une motorisation essence à une diesel ou électrique, pour répondre aux souhaits de nos clients. Reste à savoir si nous avons une électricité propre, un réseau de bornes de recharge prêt, des méthodes de fabrication et de recyclage des batteries qui ont une empreinte carbone acceptable. Aujourd’hui, le débat n’est pas de savoir quelle est la bonne technologie pour protéger la planète. Les pouvoirs publics ont déjà tranché. On leur laisse la responsabilité scientifique d’imposer le choix de l’électrique aux citoyens.» Carlos Tavares

Arguments: Certes PSA prévoit l’électrification de sa gamme à 80% mais l'impact budgétaire sur l'entreprise est majeur, et en termes d'écologie : la fabrication des voitures électrique, et hydrogène, ainsi que les batteries sont toujours polluantes.

 

Mathieu Gardies

Président du conseil d'administration de la Banque Pouyanne, il est représentant de la société de taxis hybrides Hype.

Aujourd'hui la solution qu'apporte Mathieu Gardies avec ses taxis à hydrogène est une transition généreuse dans le projet de Paris pour l'interdiction des moteurs thermiques, néanmoins il explique la difficulté rencontrée afin de trouver un constructeur automobile français prêt à livrer des véhicules à hydrogène.


"Notre objectif est de faire converger à terme le coût d’utilisation des véhicules à hydrogène avec celui des véhicules thermiques. Pour l’instant, le plein en hydrogène est comparable à un plein d’essence mais les voitures à hydrogène sont deux fois plus chères. Nous sommes là pour préparer le terrain et essuyer les plâtres afin de démocratiser notre modèle" Mathieu Gardies

Arguments: La société de taxis à hydrogène est un modèle en terme de lutte contre la pollution des moteurs thermiques, elle permet également aux usagers de prendre conscience de l'interdiction prochaine de ces derniers.

 

Jean Marc Jancovici

Ingénieur français, chef d'entreprise et consultant. Il est spécialiste de la question énergie, climat.

Il mène aujourd'hui une véritable enquête sur les transformations envisageables pour garantir une meilleure transition énergétique.

Il apporte des solutions argumentées pour lutter contre la pollution des moteurs thermiques mais également du coup environnemental de l'hybride.


« Les voitures hybrides possèdent un moteur plus efficace que le moteur d’une voiture « classique », et entre autres choses elles récupèrent l’énergie cinétique au moment du freinage pour la convertir en électricité, laquelle sert à alimenter la partie électrique du groupe propulseur. Ce système permet de gagner 30 à 50% de carburant. Sur une base de 15.000 km par an, cela permet d’économiser 700 à 1.000 litres d’essence par an, soit de l’ordre de 500 kg d’équivalent carbone.

Comme pour une voiture ordinaire, il a fallu consommer des combustibles fossiles pour produire les matériaux de base (charbon pour l’acier, pétrole pour les plastiques, gaz pour le verre, un peu de tout pour la peinture…) et utiliser de l’électricité (produite aux 2/3 avec des combustibles fossiles dans le monde) – et parfois de la chaleur – pour assembler les composants de la future voiture. Mais il faut aussi ajouter les émissions de gaz à effet de serre propres à la fabrication des batteries, qui sont du même ordre de grandeur que celles liées au reste de la voiture. »


Quand on lui pose la question sur Paris qui vise la neutralité carbone d'ici 2050 sa réponse est la suivante : 

« La neutralité implique que l’on fasse disparaître l’empreinte carbone de toutes les activités liées à la ville : les transports qui amènent marchandises et personnes, l’alimentation, le confort du logement, et même la production des biens achetés par les habitants. Comment faire dans une ville qui est pour partie une annexe de Roissy, pour partie une énorme galerie marchande, et où il en faut toujours plus ? Toutes les mesures de compensation carbone n’y suffiront pas… »

Arguments: La fabrication des voitures électriques ou hybrides nécessite l'apport de combustibles fossiles tel que le pétrole, ou le charbon. Et quant aux batteries des voitures leur fabrication émet des gaz à effet de serre.

 

Toyota 

Numéro 1 mondial en marque de voiture, le géant japonais se démarque de ses concurrents quant à la suppression progressive des moteurs diesel et bientôt essence dans sa production.

Toyota sont les pionniers de l'hybride et de l’électrique, en 1995 ils lancent, et commercialisent leur tout premier modèle : « la Prius ».

A l'heure actuelle, 67% des ventes de Toyota sont des véhicules hybrides.

Ils sont notamment les premiers à avoir répondu favorablement à la commande de Mathieu Gardies pour des voitures à hydrogène, ce qui lui a permis de lancer les taxis « hype », une gamme entièrement écologique.


« Nous pensons que trois catégories de véhicules vont cohabiter selon les usages. Les électriques seront plus adaptées aux petits gabarits et courtes distances, les motorisations hybrides rechargeables aux véhicules de taille moyenne capables de faire de la route tandis que les moteurs à hydrogène (électriques alimentés par une pile à combustible) répondront aux besoins des SUV, 4 x 4, camions et bus qui roulent beaucoup et dont le plein doit être fait en quelques minutes. » Didier Gambart, Pdg de Toyota France.

Arguments: La suppression progressive des moteurs thermiques chez les constructeurs ouvre la voie à une économie favorable à l'écologie et répond à la demande des usagers s'il y a interdiction des moteurs thermiques.

 

Marie Castelli

Elle est depuis avril 2013 secrétaire générale de l’Avere-France, l’association professionnelle qui représente la filière électro mobile française. Ancienne consultante spécialisée dans les questions énergétique, elle s’engage depuis 4 ans afin de faire de l'électromobilité un pilier de la transition énergétique.


"Il y a de sérieuses mesures à mettre en œuvre comme par exemple l'équipement des immeubles parisiens en systèmes électriques dédiés à la recharge des véhicules, ce qui a un coût certain." 

 « La trajectoire fixée à 2040 répond à la notion d'investissement sur les chaînes de production des constructeurs, pour orienter leurs investissements »

Arguments: Pour réussir l'interdiction des moteurs thermiques il faut mettre en place les équipements nécessaires qui accompagneront l'électrique et l'hybride tel que "le système électrique de recharge des véhicules.

 

Yves Crozet

Économiste français, spécialiste de l’économie des transports. Il est également professeur à Sciences Po Lyon, et fut président du Laboratoire de recherche des transports (1997-2007).


"L'objectif ne me paraît pas très réaliste"

"Paris continue de faire le choix d'une régulation par la congestion, dans une logique d'écologie punitive. C'est une politique qui, certes, diminue la circulation automobile, et qui préserve donc l'hyper-centre de la ville. Mais cette politique patrimoniale ne résout pas sur le fond les problèmes de mobilité."

"Le développement de l'électrique dépend de choix industriels non français mais mondiaux"

"La mairie de Paris n'a aucun pouvoir contraignant en la matière. Ce ne sont pas les villes mais les Etats qui impulsent de telles politiques."

Arguments : Ce projet serait plus réaliste si il s'agissait d'un objectif mondial. Et il ne résout pas les problèmes de mobilités.

 

Mathieu Flonneau

Historien et universitaire, professeur à la Sorbonne, il est aussi spécialiste de l'histoire urbaine, des mobilités, et de l'automobilisme.

Pour lui, les 3 principales critiques qu'il observe sur la politique de l'electromobilité à Paris : La pollution de l’électrique liée au nucléaire, le coût de cette transition, Paris s'isole de sa banlieue.

"Vouloir une ville moins polluée est louable. Mais l'électrique n'est pas une énergie 'propre' non plus, puisqu'elle émane du nucléaire. Il y a donc derrière cette sélectivité et cette décision prise en apesanteur l'idée qu'il y aurait en quelque sorte une pollution acceptable, et une autre qui ne l'est pas."


"Les coûts de transition vers le tout-électrique ne sont jamais mentionnés, alors qu'ils sont potentiellement importants. Le passage aux véhicules électriques va nécessairement passer par des mécanismes d'incitation comme des subventions et des aides à l'achat, coûteux pour la puissance publique. Quant au prix de l'électricité, je ne vois pas comment il ne pourrait pas augmenter fortement."

"Paris continue de penser sa politique de mobilité sans sa banlieue. Cela n'a pas de sens et cela renforce le risque d'une déconnexion croissante entre l'intra-muros et à sa périphérie."

Arguments : L'électrique est une énergie qui pollue. Et la transition électrique aura un impact budgétaire sur les finances publiques, ainsi que sur le prix de l’électricité. Le projet contribuera également a isolé Paris de sa banlieue.

 

Valérie Pécresse

Valérie Pécresse née le 14 juillet 1967.


Elle est auditrice au Conseil d’État, commissaire du gouvernement. Elle est spécialisée en droit de l’internet, droits des personnes handicapées et en responsabilité hospitalière.

   

Elle est pour l’interdiction du moteur thermique, la « sortie du diesel en 2025 pour Paris et la zone dense, c’est-à-dire dans un périmètre situé à l’intérieur de l’A86, l’autoroute qui ceinture la première couronne ». 

Ensuite, l’équipe de Valérie Pécresse vise 2030 pour l’ensemble de « la région Ile-de-France ». 

« Nous sommes pour changer d’air et pour accompagner la sortie du diesel »

 Mais tout cela dépend de « mesures d’accompagnements fortes de l’Etat », comme des primes à la casse, et des aides à la conversion. Or, la région n’a pas le pouvoir d’interdire les véhicules, ni de financer des dispositifs d’aides à ce jour. 

Arguments : La région n'a pas le pouvoir nécessaire sans l'accompagnement du gouvernement. 

 
orru-hidalgo.png

Serge Orru

Entrepreneur et entreprenant, Serge Orru est un homme qui aime les défis. Depuis près de vingt ans son but est de renouer le lien entre l'humain et son environnement et d'allier culture et nature. C'est ce qu'il a expérimenté et fait partager pendant près de 15 ans avec le festival du Vent dont il fut le créateur. Il a été est membre du CNIID, du conseil d'administration de la fondation good planet. Il a été directeur général de WWF France et est aujourd'hui le conseiller D’Anne Hidalgo. 

-"Stopper la pollution coute très cher à la collectivité nationale"

-"Imposer une économie du moindre impact sur l'environnement"

-"Urgence d'agir, la pollution a changé ces dernières années"

Serge Orru : " J'aime conduire une voiture, j'aime la vitesse mais la problématique c'est la santé".

 
 

Cartographie des acteurs

La cartographie place les différents arguments de nos acteurs selon leur nature : économique, scientifique, ou politique. Avec leurs positions : pour ou contre. Ce qui nous amene à ressortir les enjeux des différentes parties.

 

LIENS

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/green-business/la-tribune-de-la-cop21/anne-hidalgo-les-villes-ont-des-solutions-concretes-pour-sauver-le-climat-530558.html

https://www.lesechos.fr/19/03/2018/lesechos.fr/0301455572968_paris---hidalgo-reflechit-a-la-gratuite-des-transports-en-commun.htm

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/02/08/01016-20150208ARTFIG00185-paris-hidalgo-presente-son-plan-antipollution.php

https://www.lejdd.fr/JDD-Paris/oui-il-y-a-moins-de-voitures-dans-paris-3670295

https://www.franceinter.fr/societe/la-pietonnisation-des-voies-sur-berge-validee-par-la-justice-et-acceptee-par-les-politiques

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/mise-en-garde-de-carlos-tavares-sur-l-electromobilite-750049.html

https://www.capital.fr/economie-politique/voitures-diesel-et-essence-ce-quanne-hidalgo-prevoit-pour-les-sortir-de-paris-1267358

https://www.largus.fr/actualite-automobile/interdiction-diesel-plus-aucun-diesel-nentrera-dans-paris-en-2024-9215393.html

https://www.novethic.fr/actualite/energie/mobilite-durable/isr-rse/mobilite-propre-les-taxis-a-hydrogene-hype-tentent-de-remporter-la-course-144669.html

http://www.leparisien.fr/automobile/toyota-apres-l-arret-du-diesel-nous-levons-le-pied-sur-l-essence-08-10-2018-7914051.php

https://www.caradisiac.com/comment-toyota-est-devenue-leader-mondial-de-l-hybride-164520.html

https://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/fin-des-voitures-essence-a-paris-en-2030-un-objectif-realiste_1951663.html

http://e-enviro.futura-sciences.com/_forum/motorisation-electrique.html

https://www.nouvelobs.com/societe/20171013.OBS5954/fin-des-voitures-essence-a-paris-en-2030-pourquoi-ca-risque-d-etre-complique.html

http://www.francesoir.fr/actualites-economie-finances/interdire-les-moteurs-thermiques-une-aubaine-pour-lindustrie-chinoise

https://www.lemonde.fr/automobile/article/2018/01/07/automobile-le-crepuscule-du-moteur-thermique_5238580_1654940.html

https://www.flotauto.com/transports-routiers-un-enjeu-ecologique-et-de-sante-publique-20180514.html

https://www.automobile-propre.com/consommations-energetiques-cachees-vehicules-moteur-thermique/

https://www.hybridforall.fr/carlos-tavares-patron-de-psa-le-monde-est-fou

https://www.paris.fr/stoppollution

 

Conclusion

L'interdiction des moteurs diesel et essence est ce réalisable d'ici 2030 ? Nos différents acteurs allant de la mairie de Paris à l'ex ministre de l'écologie, en passant par les constructeurs automobiles apportent des arguments qui remettent en question l'unanimité du projet et avancent principalement les questions suivantes : Les moteurs à hydrogène, et électrique quel est leur impact environnemental ( de la fabrication aux emissions de carbone certes faible mais existant) ? N'est ce pas isoler Paris de sa banlieue ? Quel sont les coûts financiers ?  Est ce possible si le gouvernement ne suis pas le projet et n'y voit aucune priorité ?

 
 
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now